Les castors à l'assaut des gorges de l'Orne

Dimanche dernier, une petite colonie de castors a profité du dernier lâcher d'eau de la saison accordé par le barrage de Rabodanges pour descendre à deux reprises les gorges de l'Orne. Cette section de rivière, connue comme étant une de deux plus agitées de Normandie,  n'est en effet praticable que quelques heures par an à l'occasion de rares lâchers d'eau.
Cette année la troupe avait manqué tous les rendez-vous précédents pour des raisons diverses: superposition de date avec une compétition importante, lâcher annulé par EDF, températures polaires, etc. Cette dernière occasion fut cependant enfin la bonne. Et ça valait le coup d'attendre! c'est en effet dans des conditions quasi estivales qu'ont été effectuées les deux descentes, avec un chaud soleil qui donnait presque envie de s'allonger dans l'herbe une jonquille à la bouche et de regarder les (nombreux) bateaux passer, ou bien de plonger dans une eau vive provenant du lac réchauffé par le soleil des jours précédents, cocktail soleil et eau chaude donc qui a pu donner à certains l'occasion de retrouver le goût de l'eau vive et une confiance un peu perdue.
Plusieurs castors  n'ont d'ailleurs pas hésité à copieusement tester la température liquide, soit volontairement (...) soit de façon plus accidentelle (...). De façon modérée cependant, le compteur de bains non voulus restant bloqué à 1, ce qui constitue clairement un nouveau record pour la troupe. A titre de comparaison, la même sortie l'année précédente avait vu 4 jeunes castors à la poursuite de leur embarcation en même temps, c'est dire les progrès!
Une mention spéciale en particulier au novice de l'Orne (Théo) qui a franchi toutes les difficultés sans verser une goutte de sueur ("quoi, c'était ça la pierre plate?"), avant d'aller surfer le dernier gros rouleau apparu cette année. Tranquille!
Les amateurs de récits gore de la série 'malédiction de la dernière descente' seront sans doute décus: pas d'égratignures, pas d'arcade ouverte, aucun appareil photo perdu , ni de pneu éclaté, ou de boudin écrasé sous une roche. Au final une excellente sortie, qui n'a laissé qu'un seul regret: l'oubli de la crème solaire!
Ca aurait pu être un dimanche parfait ... s'il n'y avait pas eu le passage à l'heure d'été.
La prochaine fois la troupe monte d'un cran et devrait retourner affronter la Vézère. Souvenirs, souvenirs ...
319821_3646297078888_1318253274_33520523_656186717_n_Small532796_3646521924509_1318253274_33520719_1475039051_n_Small542796_3646535724854_1318253274_33520740_2083841145_n_Small545934_3646302559025_1318253274_33520530_913573645_n_Small
Joomla Templates and Joomla Extensions by JoomlaVision.Com